Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Notre reportage sur l'expulsion illégitime et illégale des habitants du 16 Rue Pernety ayant suscité beaucoup de commentaires dans le quartier, nous diffusons, comme nous l'avions annoncé, le document de l'enregistrement intégral des 30 minutes de la rencontre accordée par Mme Carine Petit, Maire d'arrondissement, à la délégation d'associations et de collectifs protestataires qui s'étaient rassemblés samedi matin 30 août matin devant la Mairie.


Les expulsés de Pernety : réunion avec Mme Le... par telequatorze

Une restitution complète des débats, qui permettra a chacun d'informer complètement et honnêtement son jugement et d'apprécier le bien fondé et l'exactitude de notre précédent reportage et sa conformité avec les témoignages et les commentaires rassemblés. Chacun pourra ainsi vérifier les informations relatives au fait que la Mairie (Mme le Maire et ses adjoints), tout en affirmant publiquement être "opposée aux expulsions" (sans relogement préalable des attributaires de DALO), n'a rien fait concrètement pour s'y opposer lorsque cette expulsion leur a été annoncée (de longue date) par la Préfecture, ni lorsque l'intervention policière a été programmée, ce dont Mme Le Maire a également reconnu avoir été dument et préalablement informée. Mme Carine Petit s'en explique d'ailleurs très clairement au fil de la réunion, précisant que son adjoint en charge du logement a même participé aux réunions préalables à la Préfecture, tandis que l'adjoint en charge des affaires sociales, de la lutte contre l'exclusion et de l'hébergement d'urgence (présent à la réunion) ne semble pas avoir été "informé" (pas plus que les collectifs logement).
On pourra également vérifier qu'il est rappelé (par les représentants des collectifs logement) à Mme Petit et à ses adjoints (qui ne le contestent pas lors de cette réunion) que dans pareil cas des expulsions sont régulièrement suspendues sur intervention des organismes réellement déterminés à s'y opposer, et par recours à une procédure (judiciaire au besoin) de notification formelle (au préfet) de ce refus (d'accepter l'expulsion), se fondant sur les irrégularités réglementaires constatées.

En la circonstance ces irrégularités se sont accumulées (voir les témoignages dans le reportage précédent) et singulièrement les contraventions au Droit Au Logement Opposable (DALO). Une Loi et une réglementation dont les modalités précises d'application sont pourtant parfaitement explicitées aux préfets dans une circulaire ministérielle (dite Valls-Duflot). Une circulaire qui fut adressée aux préfets eux-mêmes, à titre d'instruction, et qui constitue donc le plus efficace des biais réglementaires opposables à des initiatives préfectorales de ce type. Décisions qui se révèlent iniques, irrégulières et ruineuses pour la collectivité, et dont hélas l'administration semble s'être faite une spécialité depuis le début de l'été 2014 (fait également attesté par les différents témoignages dans le reportage) ... d'où notre interrogation finale : doit-on interpréter ça de la part des Préfets comme une première application "zélée" du récent "pacte cohérence et clarté" promu par le nouveau gouvernement ?

Une évolution inquiétante qui nous incite donc à évoquer (ironiquement) le fait que cette action "claire et cohérente" des pouvoirs publics suggére que "Valls Attacks", ici-même, dans le "village Pernety-Plaisance" et ... au-delà.

Tag(s) : #Habiter le quartier, #Social et Politique, #telequatorze, #tele14