Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Décidément ils se passe tous les jours quelque chose Rue du Moulin de la Vierge !

Les choses auraient même tendance à se précipiter.. ainsi ce matin même nous recevons ce scoop vidéo de Sylvie Lekin , l'adjointe à Mme la maire du 14ème arrondissement, chargée de la voirie, et qui semble avoir désormais repris les choses en main :


Moulin de la vierge DERNIÈRE : le retour des bancs par telequatorze

Donc tous la remercient... d'avoir fait remettre les bancs après qu'ils aient été enlevés, ou mieux : de les avoir fait remplacer par un mobilier urbain plus "ambitieux" (voir plus loin);
et nul doute que Simon Mugurditch, notre envoyé spécial dans ce quartier particulièrement mouvementé ces derniers temps, aura à coeur de recevoir les explications conjointes de l'équipe de la Mairie, quant à la "logique d'ensemble" de tous ces spectaculaires et précipités bouleversements;
et notamment peut-être sera-t-il enfin rassuré sur la nouvelle direction des opérations qui semble avoir été si efficacement reprise en main (des mains de la collègue des parcs et jardins semble-t-il).
Or, cette reprise en main par la Voirie est précisément le voeu exprimé par Simon et par les habitants et usagers au fil des reportages de Télé14.  C'est donc un nouveau motif de satisfaction et chacun s'en félicite et en crédite bien volontiers les responsables municipaux "en capacité".
Simon sera donc d'autant plus présent à la réunion de mardi qu'il nous a fait part de sa perplexité sur ce projet dont il nous a par ailleurs confessé n'avoir pas participé à la conception-concertation préalable. Il ignorait donc que l'opération d'aménagement en cours Rue du Moulin de la Vierge (en quelque sorte "permanente" depuis que tele14 a popularisé le feuilleton qui se déroule dans ce coin du 14ème ), consistait en un remplacement des bancs par une exposition de "land art".

Explications :  Simon, qui les a bien vus dès leur "réapparition miraculeuse", ce matin, nous a fait observer que les "nouveaux bancs" sont d'après lui, en réalité "anciens" et même singulièrement dégradés, à en juger par leur changement d'aspect. Je lui ai expliqué que peut-être la mairie a voulu faire "coup double" et en même temps qu'elle aménageait le passage et les jardins, elle a voulu faire bénéficier les riverains d'une exposition gratuite d'art contemporain (une combinaison de street-art et de récupération à la Rauschenberg) .
Car Simon m'a fait remarquer que les bancs "revenus" ne sont plus les mêmes et qu'ils sont souillés de ce qu'il perçoit comme des graffitis pas nécessairement très ragoutants de son point de vue de béotien en la matière. Il conjecture que dans l'urgence de satisfaire, voire prévenir la diffusion du reportage de samedi (où nous avions annoncé dès le premier épisode de la semaine dernière que nous allions aborder la problématique des bancs et des poubelles), et pour créer un climat favorable à la réunion de demain, les "services techniques" ( peut-être également alertés par les sympathiques messieurs du cabinet de Carine Petit qui passaient par là, lors du filmage de la "disparition") ont "paré au plus pressé" et sont allés récupérer des bancs "usagers" et préalalement "retapés" grossièrement, pour les remettre là où ils avaient enlevés les modèles "non décorés" .
Nous lui avons objecté que sans doute, et plus simplement, il s'agissait de la part de la mairie d'une intention bienveillante, peut-être excessive, d'initiation gratuite des riverains aux merveilles du "street art", voire (plus chic encore) de "land art" vu le contexte. Hypothèse qui nous semble d'autant plus plausible qu'elle expliquerait pourquoi ces bancs avaient initialement été enlevés : pour les remplacer par une "expo vivante" et une initiation festive aux formes populaires de l'art contemporain "urbain".
Simon nous a alors objecté que selon son expérience les "services techniques" n'étaient pas coutumiers de ce genre de "démarche pédagogique" ni d'ailleurs les responsables des parcs et jardins.
Il semblerait que ce soit en train de changer ?

Comme on voit, il y a manifestement un gros déficit de concertation et donc encore pas mal de pain sur la planche du Moulin de la vierge.

Suite au prochain épisode...